Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un testeur de continuité Made in Mali

    Un étudiant de la quatrième année électromécanique vient de mettre un testeur de continuité en place,

     

    IMG.jpg

    Constitution :
    Un fil conducteur de diamètre 2 millimètre carre qui relie deux Seringue, deux pilles, une ampoule et deux bouts de fil de diamètre 4 millimètre carre,

    Principe de fonctionnement :
    La continuité dans un circuit électrique, permet aux électriciens de testé la circulation du courant électrique dans le circuit,
    L’invention permet lorsqu’elle est relie bout à bout d’alimenter l’ampoule inséré dans le seringue,
    Lorsqu’elle est placé dans un circuit électrique elle permet également d’allumé l’ampoule si le circuit est fermé,
    L’ampoule indique le passage ou l’interruption du courant selon son état, allumé ou éteintDans l’avenir :
    Selon le concepteur, « dans l’avenir je conte améliore le produit et le vendre au marche local et même sous régional »,
    Il nous coûtera moins chaire, et assurera les même fonctions que les testeurs vendu sur le marche actuellement, « a la fin de mes études je veux concentre ma carrière a la recherche et au développement dans le domaine de l’électricité au mali ».

  • le doute sur la capacité de Bamako à récupérer le contrôle du nord Mali

    Fin mai, à Kidal, des affrontements ont fait une cinquantaine de morts dans les rangs de l’armée.

     Les récents déboires de l’armée malienne jettent le doute sur la capacité de Bamako à récupérer le contrôle du nord du pays. Quelle est la situation sécuritaire à Aguelhok, Kidal, Gao, Tombouctou… ? Le point par le biais d’une carte interactive. L’attentat à la voiture piégée qui a tué quatre Casques bleus (des Tchadiens) et blessé dix autres soldats (six Tchadiens et quatre Maliens) le 11 juin à Aguelhok est le dernier épisode d’une longue série d’agressions sanglantes dans le nord du Mali. Il fragilise le dispositif mis en place par la force Serval, les Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et les Forces armées maliennes (Fama), déjà considérablement perturbées par la débâcle des troupes maliennes à Kidal le 21 mai. État des lieux.

    Tombouctou, Mali

    Situation : sous contrôle

    Nombre de soldats français : ≈ 30

    Nombre de soldats africains : N.C.

    Nombre de soldats maliens : N.C.

    Le 21 mai, la ville a renoué avec ses vieux démons : ses habitants ont craint une nouvelle pénétration des groupes irrédentistes ; certains ont fui. Il n’en a rien été. La sécurité est aujourd’hui assurée par l’armée malienne et les Casques bleus (essentiellement des Burkinabé et des Nigérians). La France y compte un Détachement de liaison et d’appui (une trentaine d’hommes).

    Ber, Mali

    Situation : hors de contrôle

    Nombre de soldats français : 0

    Nombre de soldats africains : 0

    Nombre de soldats maliens : 0

    Ce village situé à 50 km de Tombouctou, théâtre d’affrontements réguliers entre les différents groupes armés, est occupé depuis la fin du mois de mai par des éléments du MNLA et de la faction du MAA proche de la rébellion touarègue (une autre est favorable au gouvernement malien). Les groupes rebelles contrôlent également le bac qui permet de traverser le fleuve Niger. Début juin, ils ont refusé de le remettre aux autorités maliennes.

    Gao

    Situation : sous contrôle

    Nombre de soldats français : ≈ 1000

    Nombre de soldats africains : N.C.

    Nombre de soldats maliens : N.C.

    Le 21 mai, certains éléments du MNLA auraient bien voulu descendre sur la grande ville du nord pour en prendre le contrôle, mais les officiers de la force Serval les en ont dissuadés. Il faut dire que Gao est un château fort imprenable aujourd’hui : outre les Casques bleus, parmi lesquels figurent des Sénégalais, des Ivoiriens, des Néerlandais et des Chinois, on y trouve de nombreux soldats maliens (dont une partie de l’état-major opérationnel) ainsi que le gros des troupes françaises, Serval (1 600 hommes) ayant fait de Gao sa base principale.

    Ansongo

    Situation : sous contrôle

    Nombre de soldats français : ≈ 30

    Nombre de soldats africains : N.C.

    Nombre de soldats maliens : N.C.

    Comme à Tessalit et Aguelhok, les troupes maliennes ont fui la ville d’Ansongo le 21 mai, en direction de Gao. Ils y sont revenus depuis. Cette ville située à proximité de la frontière avec le Niger abrite également des Casques bleus (des Nigériens) et un Détachement de liaison et d’appui (DLAO) de l’armée française, soit une trentaine d’hommes.

    Menaka, Mali

    Situation : contrôlé par la rébellion

    Nombre de soldats français : 0

    Nombre de soldats africains : 450

    Nombre de soldats maliens : 500 (cantonnés)

    La situation dans la ville du nord-est est floue. Le 21 mai, après avoir entendu des coups de feu, les quelque 500 soldats maliens se sont réfugiés dans le camp de la Minusma, occupé par 450 Nigériens. Ils ne l’ont plus quitté. Le MNLA a pris le contrôle de la ville.

    Anefis, Mali

    Situation : hors de contrôle

    Nombre de soldats français : 0

    Nombre de soldats africains : 0

    Nombre de soldats maliens : 0

    Site stratégique de par sa proximité avec Kidal, Anéfis, où avaient transité le gros des soldats qui étaient montés en direction du fief des Ifoghas avant le 21 mai, a été vidé de ses troupes maliennes suite à la débâcle de Kidal. Elles n’y sont pas retournées depuis.

    Kidal, Mali

    Situation : contrôlé par la rébellion

    Nombre de soldats français : ≈ 100

    Nombre de soldats africains : 1200

    Nombre de soldats maliens : 0

    Depuis la bataille de Kidal, qui a opposé le 21 mai l’armée malienne aux groupes irrédentistes, probablement alliés à des éléments jihadistes, et dont le bilan reste flou (au moins une cinquantaine de morts côté malien, une dizaine côté rebelles), il n’y a plus aucun soldat malien sur place. Le camp 1, qu’ils occupaient, est aux mains des rebelles. Ceux qui s’étaient réfugiés dans le camp 2, où se trouvent 1.200 Casques bleus (principalement des Sénégalais, des Tchadiens, des Guinéens et des Cambodgiens), ont été exfiltrés. Il ne reste dans le fief de la rébellion touarègue que les troupes de la Minusma et une centaine de militaires français (contre une trentaine auparavant). La sécurité de la cité est assurée par le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et le Mouvement arabe pour l’Azawad (MAA).

    Aguelhok, Mali

    Situation : contrôle partiel

    Nombre de soldats français : 0

    Nombre de soldats africains : 300

    Nombre de soldats maliens : 290 (cantonnés)

    Le 21 mai, avant même qu’un coup de feu ne soit tiré, les 290 soldats maliens qui étaient postés à Aguelhok se sont réfugiés dans le camp de la Minusma, où se trouvaient déjà 300 Casques bleus (des Tchadiens). Les jours suivants, près de 80 Touaregs (de la tribu des Imghads) considérés comme des miliciens à la solde de Bamako par les rebelles y ont demandé l’asile. Le 11 juin, lors de l’attaque-suicide, près de 650 hommes se trouvaient dans ce camp prévu pour en accueillir 200 – une cible toute trouvée pour les jihadistes. Si les Maliens n’en sortaient pas, les Casques bleus opéraient des patrouilles dans la ville.

    Tessalit, Mali

    Situation : contrôle partiel

    Nombre de soldats français : ≈ 60

    Nombre de soldats africains : 250

    Nombre de soldats maliens : N.C.

    Depuis le 21 mai, les soldats maliens ne sortent plus du camp de Tessalit, qui se trouve à sept kilomètres de la ville et qu’ils partagent avec 250 Tchadiens de la Minusma. Dans la même zone, la France dispose d’un poste avancé qui abrite deux Détachements de liaison et d’appui (DLAO), soit un minimum de 60 éléments. Ils assurent la sécurité des lieux avec les Casques bleus.